• Je ne sais pas dire je t'aime de Nicolas Robin

     

    L’histoire :

    Paris, tu l’aimes ou tu la quittes. C’est une injonction quotidienne pour qui se retrouve la joue écrasée contre la vitre d’un métro bondé ou se fait bousculer sur le trottoir par un type mal dégrossi.

    Dans ce tohu-bohu parisien, Francine déterre un passé longtemps enseveli devant un guichet d’état civil ; Juliette rêve d’avoir la beauté fulgurante d’une actrice qui éclate de rire sur un tapis rouge ; Joachim devient célèbre malgré lui en se faisant larguer en direct à la télé  ; Ben essaie de ne pas finir comme ceux qui picorent leurs petits pois, le nez dans l’assiette, sans adresser un mot à l’autre.

    Un chassé-croisé plein d’humour et de tendresse au cœur d’une ville, épicentre de l’amour, où il est parfois difficile de se dire je t’aime.

     

    Une écriture tout en finesse.  Delphine Peras, L’Express.

     

    Mon avis :

     

    Enchevêtrement du cours de la vie de personnages de tout horizon. Chacun avec une histoire différente, ils se croisent sans se voir, sans se connaître ou reconnaître.

    Chaque personnage est attachant, chaque histoire entre dans le quotidien banal de tout à chacun qui rend chaque histoire additive.

    L'auteur a une très belle écriture. Je la trouve même de plus en plus poétique au fur et à mesure que j'avance dans ma lecture. Je suis vraiment de l’avis de l’express « une écriture tout en finesse ».

     

    Le format, c’est là que je coince. Un chapitre = un pan de l'histoire d'un personnage. L'enchaînement des chapitres alterne donc d'un personnage à l'autre sans qu'il y ait un ordre prédéfini. C'est ce que je n'aime pas. Ce n'est pas ce roman en soit, c'est un fait dans mes lectures. Donc le début de lecture a été chaotique pour moi, mais l’attachement rapide aux personnages et la belle écriture de Nicolas Robin m’ont fait tenir (bon le nombre de pages faible également, soyons totalement honnête).

     

    Au fil de l'eau, des liens ténus se découvrent entre certains personnages. Et puis tout se déchaîne et s'enchaîne (et là je n’ai plus lacher le livre). Ces liens fragiles deviennent des ponts poétiques d'une vie à l'autre. D'histoires différentes, on glisse vers une seule histoire pleine d'amour, de détresse qui doucement s'apprivoise pour devenir espoir.

    Bien que le format m'ai été laborieux dans ma lecture sur la première moitié du livre, l'attachement immédiat à tous les personnages m'a fait tenir bon. (je précise que ce n'est en rien une critique négative, ce format est difficile pour moi, ça ne retire en rien la beauté des textes et des histoires) Et je ne le regrette absolument pas d'avoir continué ma lecture. Je ne m'attendais pas du tout à cette fin, à la tournure qu'a pris chaque situation. Ce livre est un vrai chaudron d'amour et d'espoir en la vie. A lire sans modération pour s'endormir sur une note des plus optimiste en refermant la dernière page. 

    « Juste avant le bonheur de Agnès LedigPour le meilleur et pour le pire de Sarah Morgan »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Mai à 21:55

    Un livre très présent sur la toile avec de bons retour mais je n'ai pas encore l'envie de me lancer

      • Mardi 29 Mai à 22:23

        en effet, je l'ai acheté en me promenant à Cultura sur un coup de tete. Sa finesse m'a décidé en fait. et au final je ne suis pas déçue. Peut etre qu'il te tentera plus tard ;) Faut suivre ses envies :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :